Septembre 2013

Lundi 16/09

Lundi 16/09

Aujourd'hui Françoise nous emmene à Labeville petite commune proche de Nesles la Vallée, 17 participants. Le temps est maussade au départ et s'améliore avant de redevenir franchement mauvais. Nous prenons en chemin une averse de grèle avec énormément de vent qui nous fait raccourcir d'environ 3 Km cette randonnée.

Je n'ai pas encore eu l'occasion de parler de ce petit Village.

Labbeville compte deux monuments historiques sur son territoire.

Église Saint-Martin (inscrite monument historique par arrêté du 16 juin 1926) : Le Xlème Siècle a été, en France, une époque de vie religieuse intense. Les misères de l'An Mille avaient exalté le besoin de consolations spirituelles. On sait quelle suite de calamités notre pays avait alors connue.

 989 : grande famine

 990 - 994 : famines et épidémies du fameux mal des Ardents, affection grangréneuse causée par la sous-alimentation.

1001 : grande famine

1003 - 1008 : grandes famines

1027 - 1029 : grandes famines

 Accablés par tant de maux, les Français décimés croyaient venue la fin du monde. Quand reparut une certaine abondance, ils eurent l'impression d'entrer dans une ère paradisiaque et ne surent comment remercier le Ciel. Le moine chroniqueur Raoul Glaber, dans une phrase célèbre nous dit : "Après 1es terreurs de l'an mille et après que furent apaisées 1es calamités qui ravagèrent la France à cette date, notre pays respira et, dans un élan de soulagement, détruisit les vieux sanctuaires dont beaucoup étaient en bois pour en construire de neufs. Il semblait que le monde se pressait de rejeter ses vieilleries pour se couvrir d'un blanc manteau d'églises."

C'est alors que pendant cent cinquante ans allait fleurir chez nous le style roman, l'un des plus beaux et des plus religieux qui soient.

À partir du XIIème Siècle, en raison des échanges économiques et artistiques entre le Levant et l'Occident qui furent le conséquence des Croisades, le style roman subit des influences orientales comme cela apparaît clairement dans certains monuments, particulièrement dans le midi de la France, mais, à l'époque où elle fût édifiée, l'église de Labbeville le fût selon des traditions purement gallo-romaines comme l'accusent la sobriété de ses lignes, la solidité un peu lourde de son appareil.


labbeville-95-eglise-saint-martin-facade-occidentale-2.jpg
Bâti en 1066, comme il a été dit, notre sanctuaire est très beau et très touchant dans sa simplicité avec ses murs épais, ses ouvertures étroites qui donnent à l'intérieur mystère et recueillement, son plafond de bois qui révèle des influences normandes, sa rosace en ellipse, très originale. Nous devons être reconnaissants à "l'homme riche et pieux nommé Dreux" qui l'a fait construire et il semblerait juste qu'une inscription rappelât son nom (Il était surnommé Dreux de Jérusalem, car, un demi-siècle avant les Croisades, il avait été en pèlerinage dans la Ville Sainte).

L'église de Labbeville avait, à l'origine, une nef centrale et deux bas-côtés. Le bas-côté droit et 1e clocher furent détruits par un incendie en 1821. Seul le clocher fut reconstruit. Je ne crois pas qu'il ait été réédifié dans sa forme originale car il ne rappelle, par son style, aucun de ceux de la région. Je n'ai pas trouvé de document reproduisant l'aspect primitif de notre église avant l'incendie mais je soupçonne que 1e clocher ressemblait à ceux d' Hérouville, d'Auvers et de Vallangoujard avec leur toit à double pente couvert de tuiles et dont la silhouette est à la fois sobre et harmonieuse.

Au Moyen-âge et jusqu'au XVIIIème Siècle, il y avait, à l'extérieur du bas-côté droit de l'église, une chapelle placée sous l'invocation de Saint-Jacques qui avait son desservant particulier, dépendant de l'évêché de Rouen, alors que le curé de Labbeville on l'a vu dépendait de l'abbaye bénédictine du Bec-Helloin par l'intermédiaire de l'abbaye de Conflans. Cette chapelle est citée dans un document de 1475, époque où l'abbaye et l'évêque s'en disputaient le bénéfice. Elle tomba en ruine au XVIIème Siècle et une note de l'abbé Lefranc, ancien curé de notre paroisse à la fin du siècle dernier, indique qu'elle n'existait plus en 1738 mais que la statue de Saint-Jacques avait été transportée dans l'église. On peut l'y voir encore, à droite du chœur.

L'église est sous l'invocation de Saint-Martin, patron de la France, cet officier romain qui se convertit au Christianisme et évangélisa la Gaule Occidentale au IVème Siècle. Sa grande charité est illustrée par l'histoire du manteau partagé avec un pauvre. Son tombeau dans la cathédrale de Tours était, depuis le haut Moyen-âge, un lieu de pèlerinage si vénéré et si fréquenté qu'on l'appelait la Mecque française. C'est dans l'espoir de piller le sanctuaire de Tours que vinrent en France les Sarrazins que Charles Martel repoussa à Poitiers en 732.

En Normandie - et dans le Vexin qui en était si proche - Saint-Martin faisait l'objet d'un culte particulièrement fervent, presqu'aussi fervent que celui de la Vierge puisqu'un proverbe disait:

 Saint-Martin et Sainte Marie
Se partagent la Normandie

nddelivrance-1.jpgst-sebastien-2.jpg


















De fait, les églises de Vallangoujard, Frouville, Amblainville et l'Îsle Adam sont sous l'invocation de Saint-Martin, Pontoise a une abbaye Saint-Martin et la grande foire annuelle de cette ville est le 11 Novembre, date de la fête de ce saint.

L'église Saint-Martin, la chapelle Saint-Jacques durent jouer un rôle très grand dans la vie du village pendant tout le Moyen-âge et au-delà. L'historien Seignobes bien que vigoureusement antireligieux et anticlérical a écrit: "On ne saurait rien comprendre à la France du Moyen-âge si l'on ne tient pas compte du fait que la Religion a dominé les pensées et dirigé la conduite de toutes les classes de la Société pendant quinze siècles." (Histoire sincère de la Nation française)

A cette assertion d'un incroyant, il faut ajouter qu'à une époque de hiérarchisation si rigide des classes sociales et où la naissance jouait un tel rôle, l'Église a été du moins jusqu'au XVIème Siècle la seule force démocratique, la seule a contrebalancer ou tenter de contrebalancer la domination du noble et du guerrier. Par l'Église, un paysan des Abbruzzes ou d'Auvergne, né à demi-serf, pouvait parvenir aux plus hautes dignités ecclésiastiques, devenir évêque, abbé et même pape, cela s'est vu, et cela explique l'attachement passionné des humbles à une foi qui leur apportait le surnaturel dont ils avaient un profond besoin, l'espoir d'une vie future meilleure que leur misérable sort, enfin des possibilités de libération sociale.

Le cimetière se trouvait autour de l'église et ne fut transféré à son emplacement actuel qu'en 1870 (en effectuant des terrassements près de l'église, on a retrouvé, il y a quelques années dans un état surprenant de conservation 1es corps de personnes inhumées il y a un siècle). Les gens d'importance étaient inhumés dans le sanctuaire même. Nous: ignorons le nom de ces privilégiés : La Révolution ordonna la destruction des épitaphes, il n'en reste aucune à Saint-Martin de Labbeville.

  • Château de Labbeville, rue du Moulin / rue du Château (inscrit monument historique par arrêté du 16 avril 1981, avec pont, portail, ferme et colombier) : Geoffroy Lhuillier, fils de Jean Lhuillier, prévôt des marchands de Paris, s'est fait construire ce château sur le fief de Tourly au début du XVII siecle. Du fait de l'existence du château de Brécourt, il n'est toutefois appelé château qu'après la démolition de ce dernier (voir ci-dessous). L'édifice se compose d'un corps principal d'habitation de sept travées, avec un étage et de haut combles, et de deux pavillons latéraux d'un étage également. Les façades en pierre de taille sont soignées mais sobres, avec deux bandeaux horizontaux en dessous des lignes des fenêtres comme seule ornementation. Les fenêtres rectangulaires sont de dimensions généreuses. Le mur de clôture du domaine ne permet pas de voir le château depuis la rue, ni le colombier rond du XVII siecle et la grange dimiere au sud du parterre du parc. La grange est établie sur un terrain marécageux et possède de ce fait un nombre important de contreforts et un rez-de-chaussée voûté.

labbeville-95-chateau-cote-ouest-rue-du-moulin.jpg

Autres éléments du patrimoine

  • Moulin de Labbeville, rue de la Bauve : Il date du XVIII siecle et était le moulin à eau le plus performant de la vallée du Sausseron grâce à à une roue à aubes de grand diamètre et une hauteur de chute de l'eau 3 m, obtenue par une déviation du Sausseron par le parc du château, à l'ouest du village. Le moulin a été transformé en usine métallurgique en 1906, puis converti en habitation.
  • Vieux puits public, Grande-Rue : Ce puits ancien a été partiellement reconstruit au XIX siecle et doté d'un édicule cylindrique en briques. Du fait de sa situation à proximité immédiate de la route, le puits est protégé par des chasses-roue sous la forme de blocs de pierre de différente taille.

labbeville-95-ancien-puits-grande-rue-chemin-boury-3.jpg

  •  Lavoir couvert sur la déviation du Sausseron, rue de l'Ancienne gare : Le toit en appentis de ce lavoir s'appuie de deux côtés sur les murs de la ferme Mayel, si bien qu'un seul mur n'a dû être construit pour le lavoir.

labbeville-95-lavoir-rue-du-moulin-2.jpg

  • Lavoir du Petit-Biard sur la déviation du Sausseron, rue de l'Abreuvoir : Il comporte un petit édicule en moellons et un toit en appentis. Lors de sa restauration en 1979, le pilier central en bois de la charpente a été remplacé par un pilier en béton, et le toit a été couvert de tuiles mecaniques neuves.

lavoir-biard.jpg

  • Château de Brécourt et sa chapelle, au hameau du même nom près de la RD 64 vers Vallangoujard : Le château de la famille de Mornay datant de l' Ancien Regime fut démoli en 1793, et la maison construite par la famille Rendu, propriétaires depuis un siècle, a été détruite dans un incendie en 1905. Le château actuel n'est qu'une villa bourgeoise dans le style régional du début du XX siecle, avec un mélange de matériaux et large emploi de l a meuliere, ainsi que d'éléments de charpente apparents et un toit aux multiples volumes. Après la Premiere Guerre mondiale, le domaine appartient à un colon revenu d'Afrique, M. Gazinquel, qui y installe un élevage d' autruches. La chapelle leur sert d'écurie, mais est rendu au culte en 1930. Après la Libération, le château et son domaine sont confisqués et accueillent ensuite une  maison de correction pour jeunes délinquants, dit la prison sans barreaux. C'est aujourd'hui la propriété de la fondation Saint-Jean.
  • Château de La Chapelle, en écart, sur la RD 927 au nord de Vallangoujard : Le domaine a été acquis sous l' Empire par le général Pierre Riel de Beurnonville, mais le château a été entièrement reconstruit par son neveu Martin Étienne avant 1876, année de sa mort. Les communs du XVIII siècle ont été maintenus mais remaniés à la même période. Le château proprement dit comporte deux étages avec un toit plat, entouré de  balustrades. Les fenêtres du premier étage sont ornés par de petits frontons tantôt triangulaires, tantôt en arc de cercle. Les deux façades latérales possèdent un balcon en saillie au premier étage également, et une tourelle précède la façade sur la cour. Sinon, les façades sont sobres et orné uniquement de bossages simples en imitation de pierres de taille. Une terrasse à balustrades précède le château côté parc et équilibre le dénivelé du terrain. Dans les années 1900, le château fut habité par la cantatrice italienne Lina Cavalieri qui y séjourna durant l'été accompagné de son pianiste Lucien Muratore. Puis, à partir des années 1955 jusque dans les années 1990, le château a servi de maison de repos pour les habitants de la commune de Levallois-Perret. Il a ensuite été vendu par la commune de Levallois-Perret et divisé en lots d'habitations.
  •  Allee couverte de La Chapelle, près du château du même nom : Elle a été fouillée de manière peu rigoureuse au début du XX siecle et restaurée en 1996. Il s'agit d'une sépulture collective pour trente à cinquante corps de la culture Seine-Oise-Marne, remontant à la fin du neolithique

allee-couverte-labbeville.jpg

Et voici le circuit de notrez randonnée


Afficher Labbeville sur une carte plus grande

Rando du 15/09/2013

Dimanche 15/09/2013

Aujourd'hui deux randonnées sont organisées

La premiere emmenée par Olivier sur Auvers et Meriel

11 participants que des anciens adhérents, beau temps et 18 km à parcourir

Je ne vous rappelerais pas l'histoire de Meriel déjà racontée le 19/11/2012 et un petit supplement dans les randos douces à la campagne le 21/02/2013 ni celle d'Auvers que vous pouvez retrouver le 17/03/2013

je vais me contenter d'une photo de fin de randonnée qui explique l'ambiance de celle ci

1ere-rando-avec-olivier-15-09.jpg

Notre ami Jean offre un pot pour sa retraite

Je ne peux vous donner le circuit n'y participant pas

La deuxieme randonnée était organisée dans le cadre  de la Journée du Patrimoine

Petite randonnée d'environ 8 Km autour d'Ecouen et dans la Forêt

La aussi je ne vous ferais pas l'affront de vous raconter l'histoire d'ECOUEN que vous connaissez tous par coeur

16 participants, certains d'Ecouen mais d'autres de Goussainville,d'Ezanville et d'ailleurs

Je ne vous donnerais que le parcours sans grande difficulté car celle ci était ouverte à tous



Afficher Patrimoine 2013 sur une carte plus grande

souris-marche.gif

Premiere rando

 Le jeudi 12/09/2013

Aujourd'hui rando de remise en jambes pour certains, nous partons vers Vineuil St Firmin, 9 courageux, temps agréable et terrain propice pour débuter tranquille.

Nous avons aujourd'hui un photographe qui s'amuse comme un petit fou

Depart de la rando au parking du Coq Chantant en suivant une partie du GR 11 pour ensuite rejoindre Apremont et son golf

vineuil-st-firmin-60-allee-de-st-firmin.jpg

img-0581-1.jpg

Certain sont dejà fatigué et se repose sur un banc  








Nous rentrons ensuite dans Saint Firmin ou nous pouvons admiré le Lavoir

img-0584.jpg     img-0582-1.jpg      

     







img-0586-1.jpg


img-0589-1.jpg


Nous continuons pour passez pres de de l'ancien moulin situé sur la nonette

img-0587-1.jpg

 de la nous retournons dans la foret pour bientôt longer le parc du chateau de Chantilly mais certains trouve un banc pour se desalterer ou prendre un petit en cas

img-0591-1.jpg


img-0596-1.jpg





Nous pouvons voir en chemin la maison de Sophie





Nous passons devant le Chateau de Chantilly avec sa grille

img-0599-1.jpg

Le Chateau de chantilly avec sa piece d'eau

chantilly-chateau4.jpg

Nous continuons pour passer pres de l'ile d'amour et ensuite longer le jardin potager des Princes

img-0600-1.jpg

Notre petite randonnée se termine une derniere photo pour notre photographe et nous repartons cette fois en voiture vers Ecouen

img-0602-1.jpg

Comme vous le voyez peu d'hommes dans le groupe, le photographe et moi meme




Afficher St firmin sur une carte plus grande

th.jpg