octobre 2013

St Martin du Tertre

St Martin du Tertre

Aujourd'hui Chantal nous emmene dans la foret de Carnelles à partir de St Martin du Tertre, vous trouverez quelques explications sur les communes environnantes dans deux billets 13/12/2012 et 18/03/2013.

Nous étions 26 un temps agreable, quelques passages boueux avec la pluie de ces derniers jours et trois nouveaux pour une rando d'essai

Notre circuit



Afficher St Martin du Tertre 2013 sur une carte plus grande

Jeudi 17/10/2013

Jeudi 17/10/2013

N'ayant pas participer à cette sortie, je ne peux helas rien vous apprendre ( merci de me donner quelques documentations)

Ecouen Montmorency

Ecouen Montmorency

Aujourd'hui Patrick décide de partir à pied d'Ecouen en direction de Montmorency. Nous commencons par prendre un petit bout du chemin de Compostelle pour rejoindre la forêt, nous nous dirigeons ensuite vers St brice sous foret en empruntant le chemin d'Enghien, nous rejoignons le chemin du regard pour bifurquer ensuite vers les Rougemonts d'ou nous rejoignons la route du prieuré, ensuite Piscop, le chemin du Luat et Ecouen. sur les billets du 11/10/2012 et 11/11/2012 vous trouveres quelques expications sur Piscop. Nous étions 9 participants.

voici la carte du parcours


Afficher Montmorency ecouen sur une carte plus grande

St Leu et la forêt de montmorency

St Leu la Foret

Aujourd'hui 7 Octobre Lucette nous emmene dans la forêt de Montmorency en partant du carrefour des Quatres cedres, nous empruntons une partie du Gr1 et nous dirigeons vers le Faisan doré, apres une excursion vers la foutue route, nous bifurquons pour rejoindre la route des Princes, Taverny et remontons vers l'étang Godard avant de rejoindre notre point de départ. Nous étions 29 participants et avons parcouru environ 11 Km

Je ne peux vous donner le circuit, ne l'ayant pas en ma possesion

Marines

Dimanche 6/10/2013

Aujourd'hui Olivier nous emmene sur Marines pour une petite rando de 18 Km

Un peu d'histoire

L'origine du nom de Marines

blason.jpgBlason de marines

Que signifie "Marines" ?

Le nom de la commune proviendrait soit de « Marius », le site de marines ayant été attribué lors de l’occupation romain à un dénommé Marius, soit de "Marinae", qui signifiait autrefois marais, marécages... Plusieurs hypothèses pour un nom dont l'origine reste néanmoins un mystère pour les Historiens.

Selon l’hypothèse la plus plausible, les terres de Marines auraient été attribué, lors de l’occupation Romaine, à un dénommé Marius (peut-être un "Vétéran" Centurion des Légions Romaines).

Le nom du "domaine de Marius" se serait ensuite confondu dans le langage populaire avec Marinae signifiant Marais, Marécages.

Vers la fin du XIVème siècle, les bateliers mariniers naviguant sur la Seine et l’Oise avaient pour habitude de faire escale à Andrésy, au confluent des deux fleuves. En raison des liens entre les deux seigneuries de Marines et d’Andrésy, ils venaient séjourner dans le secteur renforçant ainsi,  dans l’inconscient populaire, le nom  "Marines".

Ils seraient à l’origine du navire figurant sur le blason de la ville depuis le Moyen-Âge. Celui-ci fut attribué officiellement à la commune de Marines par le Premier Consul en 1803.

De l'époque gallo-romaine à nos jours

carte-1.jpgCertains vestiges, datant de l'époque gallo-romaine, attestent de l'occupation humaine très ancienne du site.

C’est vers l’an Mil qu’une motte féodale, construite aux Hautiers, a fixé le premier village-refuge après les invasions normandes. Au Xe siècle, trois châteaux-forts sont construits puis complètement ravagés au XIe et XIIe siècles.

 Vers 1130, les moines augustins de Saint Vincent de Senlis fondent un prieuré attenant à l’église dédicacée en 1256.

De cette époque, il ne reste que le chœur fortement remanié et une des plus ancienne cloche de France, actuellement répertoriée. Le village reste de taille réduite, au pied de la butte du Caillouet et à l’écart de l’ancienne route de Pontoise à Gisors.

Au XIVe siècle, le village décline. La peste noire de 1348 et  la guerre de Cent Ans (1337 à 1453) ravagent le village.

 C’est au XVIe et XVIIe siècles que Marines se reconstruit et prend de nouveau de l’importance grâce à la présence d’un grand marché hebdomadaire, de deux foires et des nouveaux édifices. Ces derniers sont toujours visibles : le château (propriété privée) construit vers 1520 pour et par Adrien de Brosses, l'eglise agrandie par Nicolas le Mercier vers 1563, et la chapelle funéraire St Roch vers 1610, destinée aux tombeaux des Brulart de Sillery les nouveaux seigneurs.Ceux-ci font construire l’ancien Prieuré en y fondant une école de théologie dirigée par les frères de l'oratoire.

Au XVIIIe siècle, Marines étend son influence grâce à sa position sur la route royale reliant Pontoise et Dieppe. La création de la route royale en 1760 fixe de façon rectiligne l’axe principal (Boulevard de la République, rue du Général De Gaulle, Boulevard Gambetta), délaissant l’ancienne rue Vieille de Chars.

Puis, la famille Gouy d’Arsy domine la vie du bourg qui devient chef-lieu de canton en 1790 et demeure un marché important pour les blés et le bétail (veaux de « Pontoise » pour Poissy et Paris).

 Au XIXe siècle, la réalisation de la place des Écoles (devenue place de Verdun) au centre d’un lotissement en étoile (comme à Paris) lui confère le caractère d’une petite ville, tout comme le nouvel Hôtel de Ville construit à l’emplacement du cimetière en 1842.

gare.jpg

 La fin du XIXe siècle voit l’arrivée tardive du chemin de fer, à voie métrique par Valmondois (vers Paris Nord jusqu’en 1949), puis le raccordement vers Chars et Paris St Lazare, ainsi que la construction d’une maison de retraite pour agriculteurs grâce au legs de Jean Baptiste Cartry.

Depuis la création de la ville nouvelle de Cergy, Marines est soumise à une forte pression urbaine et tente de trouver un nouvel équilibre entre développement et préservation de l’environnement au sein du Parc naturel régional du Vexin français créé en 1995. Marines a su néanmoins conserver le caractère d’un ancien bourg rural tout en s’adaptant à l’évolution économique. 

Les sentiers de randonnées

À vos chaussures !

En sauvegardant son âme, Marines offre à ses habitants et à ses visiteurs l’attrait d’un équilibre sage et apaisant. Aux alentours, les pentes de la butte du Caillouet, les bois et les champs, sont comme une invitation à la découverte du Parc naturel régional du Vexin français.

gr1.gif

 Le savez-vous ?
Le GR 1 passe par Marines sur 3,5 Kilomètres.  Le GR 1 est une grande randonnée plus de 600  kilomètres, créée  dans les années 50, qui fait le tour de l’Ile de France. Comme tous les sentiers de grande randonnée, le GR 1 est balisé en « blanc et rouge » sur la totalité du parcours. Il aborde le Vexin français en remontant la vallée de l’Aubette, passe au château de Vigny, à Us et longe ensuite la vallée de la Viosne.


L’itinéraire Marines-Bréançon

Traverser la départementale 915, emprunter la rue Jean-Baptiste Cartry et la rue du Docteur Meynard jusqu’à la place Verdun. Prendre à gauche dans la rue Malebranche. Le GR 1 arrive ensuite à la place Dubois-Danger. Continuer tout droit par la ruelle interdite aux voitures. Tourner ensuite à gauche dans la rue André Baleydier et sortir de Marines par la rue du Bœuf. À un carrefour de plusieurs chemins, à l’orée d’un bois, prendre à droite un chemin encaissé débouchant dans un champ. Ce chemin longe la lisière d’un bois, le traverser et en sortir pour atteindre Bréançon.

La Vierge des Hautiers

vierge.jpg

La Vierge des Hautiers, inaugurée en 1954 à l’occasion du dixième anniversaire de la Libération de Marines à la suite du Voeux des fidèles et de l’abbé Constantin, curé de la paroisse, en reconnaissance pour la protection assurée durant la seconde Guerre Mondiale.

Le lavoir des Hautiers

Le lavoir des Hautiers est situé dans la rue de Radégonde à MARINES où vous y accéderez par une grille noire ouverte aux visiteurs de 9h. à 19h.

A savoir :

- Le lavoir de Marines est alimenté par la source Saint Rémy.

- Quatre types de lavoirs existent (excepté les lavoirs particuliers). A Marines, il s’agit d’un lavoir couvert par un simple toit supporté par des piliers et le bassin au centre rectangulaire

L’Eglise Saint-Rémi

eglise.jpg

 L’Eglise Saint-Rémi est consacrée à Saint Rémi en l’honneur de l’évêque de Reims qui vers 496 baptisa Clovis des Francs.

 Elle est deux fois reconstruite, d’abord en 1538 puis en 1562. Elle se distingue par son mélange de « gothique flamboyant » et de Renaissance. 

 La nef et le porche sont l’œuvre de Nicolas le Mercier. La chapelle Saint Roch à l’extrémité du bas-côté, fut construite en 1620 aux frais de Nicolas Brûlart de Sillery, garde des Sceaux d’Henri IV. Ce bâtiment octogonal est coiffé d’une coupole de pierre à  dix pans. Les écussons des angles de l’octogone portent les armoiries papales (sauf deux avec les effigies de deux cœurs qui ont été rajoutées au 19e siècle). Sous la chapelle, il faut noter la présence d’une crypte qui contenait les tombeaux et les « Priants » des Brûlart de Sillery,comme pour les Villeroy à Magny-en-Vexin (détruits en 1793). Elle est désormais vide.


La commune souhaite replanter des vignes sur son territoire.

Ce projet à deux objectifs :  

  • Produire un vin local qui sera distribué lors des manifestations

  • Produire un raisin de table pour les écoles et collèges lesquels seront sollicités à participer à toutes les étapes: de la plantation, à la récolte en passant par l’entretien des vignes

Nous en voyons quelques pieds à coté de la statue de la vierge

Chavencon

 Village typique du Vexin avec ses maisons en pierre, situé à l'écart des grands axes routiers, au pied des Buttes de Rosne, dont les sommets boisés sont une invitation à la randonnée. Cette commune autrefois rattachée à Neuville Bosc en a été séparée en 1833. Par décret du 23 janvier 1996, l'ensemble formé par les buttes de Rosne et la vallée de la Troësne, comprenant notamment la commune de Chavençon, est classé.
A 14 km au Sud-Est de Méru et à 50 km de Paris, le village, bien qu'en limite du Val d'Oise, fait partie de la région picarde, du département de l'Oise, du canton de Méru et de la communauté de communes des Sablons.
Le village comporte un hameau : la Mendicité.

Sur notre chemin certains ont ramassé des Coings, d'autres ont cueilli des ceps et des bolets.

Une nouvelle adhérente était parmi nous et lors du " Tiré du sac" nous à offert un petit apéritif

Voici donc la carte ne notre parcours


Afficher Marines sur une carte plus grande