Dimanche 13/01/13

Dimanche 13/01/13


Aujourd'hui temps froid avec prévu dans la soiréé de la neige, nous sommes 10 courageux à partir d'Ecouen. Arrivé à la Croix de Noailles en Forêt de St Germain, nous retrouvons un onzieme randonneurs. Nous partons donc sur les circuits qu'Olivier nous a préparé. 12 km le matin, 8 km l'après midi.

Malgré son handicap ( bras en écharpe, chute en allant travailler) nous le suivons  à travers la forêt de St Germain. A midi de retour aux voitures, deux personnes nous quittent (obligations familiales).

Lili nous a concocté un petit apéritif qui nous réchauffe car le temps est frais à peine 4°C.

Après une petite collation nous sommes prèts pour repartir.

Nous n'avons ni pluie, ni neige mais les joues bien rouges, l'ambiance comme toujours très agréable et une journée qui nous a permis de nous aérer.

La forêt

photographie foret de saint germain

553 hectares font de la forêt de Saint-Germain le deuxième massif forestier des Yvelinesaprès la forêt de Rambouillet qui en compte 12.900 hectares, visitez et découvrez le "poumon vert"  de notre région. Elle occupe la boucle de la Seine comprise entre les villes de Saint-Germain-en-Laye et de Poissy.

La forêt doit son nom actuel à Saint Germain, évêque de Paris, qui au VIème siècle suivi son oncle prêtre dans la forêt pour y vivre en reclus. Elle devint un domaine royal fort apprécié par les rois pour y pratiquer la chasse à courre.

Une grande variété d’essences s’y trouvent représentées : chêne rouvre (53%), hêtre (18%), charme ( 8%), pin sylvestre et noir d’Autriche (12%), sans oublier érable, frêne, merisier, sorbier, bouleau, tremble, alisier et châtaignier.

Le sentier des Oratoires

photohraphie etoile des neuf routes foret de saint germain en laye

Situé en plein coeur de la forêt de Saint-Germain, le sentier des oratoires, balisé par des croix bleues, long de 18 km (pouvant être réduit à 13 km) vous permet de visiter 4 croix et 7 oratoires abritant des statuettes, placées dans la forêt de Saint-Germain au cours des époques.

Départ : Etoile des Neuf-Routes (parking de la piscine - route des Loges)
Trajet : 18 km ou 13 km
Durée : 5 à 6h

A voir : la Croix de la Pucelle , le chêne des Anglais (chêne au pied duquel Jacques II Stuart, VII d’Ecosse venait prier devant une statue de la Vierge), le chêne François 1er






LA CROIX PUCELLE

 C’est la plus ancienne croix de la forêt de Saint-Germain, elle porte la date de 1456, année de la réhabilitation de Jehanne d’Arc. Elle aurait été érigée par Jean Dunois, le Bâtard d’Orléans, compagnon de Jehanne et alors gouverneur de St Germain, pour répondre à une sentence d’absolution qui ordonnait "Des croix devront être plantées en souvenance de la Pucelle".

 Renversée en 1793, redressée en 1850 ; elle à connu le 13 mai 1956 une cérémonie religieuse pour commémorer le 500ème anniversaire de la réhabilitation de la Pucelle













CHÊNE DES ANGLAIS

D’une origine ancienne, la niche qui se trouve sur un chêne à proximité de la terrasse du château et de la route des Mares (parcelle204 de la forêt) abrite une statue de la Vierge à l’Enfant, connue sous le nom de NOTRE-DAME des ANGLAIS. Selon la tradition verbale Jacques II Stuart, roi d’Angleterre, exilé en 1668 au château de Saint-Germain où il mourut en 1701, aimait prier devant une statue de la Vierge, placée sur un chêne près de la terrasse. L’arbre et la statue ont bien sur changé, la tradition survit et la dévotion demeure.









NOTRE-DAME DE BON-SECOURS

 La niche dédiée à Notre-Dame de Bon Secours, fixée au tronc d’un chêne, commémore la bataille de Lépante. Elle abrite actuellement une statue placée en 1957, qui remplace une des nombreuses statues qui se succèdent fort souvent dans ces petites niches ; celle-ci serait inspirée de la Vierge vénérée à Nancy, depuis 1505, dans la chapelle des Ducs de Lorraine. La Vierge abrite ici deux petits personnages sous les plis de son manteau, alors que la statue de Nancy abrite sous son vaste manteau une foule de fidèles, clercs et laïcs agenouillés à ses pieds.

D’après Roger Berton dans son ouvrage sur la forêt de Saint-Germain, l’image primitive, plusieurs fois remplacée, remonterait vraisemblablement à l’époque de Louis XV qui fit exécuter de nombreux travaux dans la forêt ; La Reine Marie Leczinska, fille de Stanislas roi de Pologne et duc de Lorraine, serait à l’origine de cette dédicace.

LA VIERGE DES POLONAIS

 La légende fait remonter l’origine de cet oratoire dédié à Notre-Dame de Czestochowska à Clémentine Sobieska, épouse de Jacques III Stuart, qui venait y prier ! (sauf qu’elle n’est jamais venue en France). L’ancien oratoire fixé au tronc d’un chêne a disparu au début du XXème siècle.

 En 1981, un nouvel oratoire fût fixé sur le tronc d’un chêne avec le concours d’associations, de l’ONF, de la municipalité, et de la Mission Polonaise de Paris. Il renfermait une icône de la Vierge noire, bénie par le pape Jean-Paul II. En 1997, la chute d’un arbre fit tomber l’oratoire qui fut reposé en avril 1999.La tempête de 1999 ayant arrachée le chêne, la niche fut fixée sur l’arbre actuel en 2002. L’icône bénie disparue en 2007 fut remplacée l’année suivante.




 

Créé en 1978, à l"initiative de l’Association des Amis de le Forêt de Saint-Germain et de Marly, ce sentier permet de découvrir, sur un parcours de 18 kilomètres, quatre croix et sept oratoires, tous témoins du passé de la forêt. La première partie du sentier constitue une boucle de 13 kilomètres sur laquelle sont situés les sept oratoires et deux croix ; la seconde partie, qui fait une boucle de 5 kilomètres, permet de visiter trois anciennes croix. A l’exception de celui de Saint-Fiacre, tous ces oratoires, sont constitués de niches en bois, vitrées, fixées en hauteur sur le tronc de grands chênes.




Lors de notre randonnée nous passons près de la maison de la legion d'honneur des loges.

Petit Rappel

Le 16 décembre 1805, Napoléon Ier décrète la création des Maisons Impériales d'Éducation pour les filles des légionnaires civils et militaires.
Rappel : l'Ordre de la Légion d'Honneur a été créé par Napoléon Ier le 19 mai 1802.
En 1811, Napoléon installe les orphelines de la Légion d'Honneur dans un couvent sis aux Loges à Saint-Germain-en-Laye, sous la direction de Madame de Lezeau, fondatrice et Supérieure de la Congrégation de la Mère de Dieu. Cet orphelinat devient sous Louis XVIII en 1816, la troisième Maison d'Éducation de la Légion d'Honneur après Écouen et Saint-Denis.

Au départ, la déclaration de Napoléon Ier : " je veux faire de ces jeunes filles des femmes utiles, certain que j'en ferai par là, des femmes agréables ".

De nos jours : les Maisons d'Éducation de la Légion d'Honneur sont instituées pour assurer l'Éducation de jeunes filles de nationalité française :

  • aux filles, petites-filles et arrière petites-filles de membres de l'Ordre de la Légion d'Honneur
  • aux filles et petites-filles des membres de l'Ordre National du Mérite
  • et après consultation du Grand Maître de l'Ordre, les filles, petites-filles de Légionnaires étrangers.
    Aucune sélection sur les résultats scolaires.

Entièrement reconstruite sous Napoléon III puis enveloppée de constructions nouvelles en 1962, la Maison des Loges accueille depuis lors, le 1 er cycle de l'enseignement secondaire (le second cycle, ainsi que des classes post-bac - Hypokhâgne, Khâgne et BTS - sont accueillis à Saint-Denis). La Maison d'Écouen a été transformée en 1962 en Musée National de la Renaissance.

Et pour terminer ce petit commentaire voici nos deux circuits agrementés de quelques photos ( je vous conseille d'agrandir la carte car quelques photos prises du même endroit n'apparaitront pas sur cette petite carte)

Circuit du matin 12 Km


Afficher St Germain AM sur une carte plus grande

Circuit de l'après midi 8 Km



Afficher SanSt Germain PM sur une carte plus grande


0030.gif

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau