Janvier 2013

Lundi 21/01 et Jeudi 24/01

Pour des raisons climatiques ces deux randonnées ont été supprimées

Dimanche 13/01/13

Dimanche 13/01/13


Aujourd'hui temps froid avec prévu dans la soiréé de la neige, nous sommes 10 courageux à partir d'Ecouen. Arrivé à la Croix de Noailles en Forêt de St Germain, nous retrouvons un onzieme randonneurs. Nous partons donc sur les circuits qu'Olivier nous a préparé. 12 km le matin, 8 km l'après midi.

Malgré son handicap ( bras en écharpe, chute en allant travailler) nous le suivons  à travers la forêt de St Germain. A midi de retour aux voitures, deux personnes nous quittent (obligations familiales).

Lili nous a concocté un petit apéritif qui nous réchauffe car le temps est frais à peine 4°C.

Après une petite collation nous sommes prèts pour repartir.

Nous n'avons ni pluie, ni neige mais les joues bien rouges, l'ambiance comme toujours très agréable et une journée qui nous a permis de nous aérer.

La forêt

photographie foret de saint germain

553 hectares font de la forêt de Saint-Germain le deuxième massif forestier des Yvelinesaprès la forêt de Rambouillet qui en compte 12.900 hectares, visitez et découvrez le "poumon vert"  de notre région. Elle occupe la boucle de la Seine comprise entre les villes de Saint-Germain-en-Laye et de Poissy.

La forêt doit son nom actuel à Saint Germain, évêque de Paris, qui au VIème siècle suivi son oncle prêtre dans la forêt pour y vivre en reclus. Elle devint un domaine royal fort apprécié par les rois pour y pratiquer la chasse à courre.

Une grande variété d’essences s’y trouvent représentées : chêne rouvre (53%), hêtre (18%), charme ( 8%), pin sylvestre et noir d’Autriche (12%), sans oublier érable, frêne, merisier, sorbier, bouleau, tremble, alisier et châtaignier.

Le sentier des Oratoires

photohraphie etoile des neuf routes foret de saint germain en laye

Situé en plein coeur de la forêt de Saint-Germain, le sentier des oratoires, balisé par des croix bleues, long de 18 km (pouvant être réduit à 13 km) vous permet de visiter 4 croix et 7 oratoires abritant des statuettes, placées dans la forêt de Saint-Germain au cours des époques.

Départ : Etoile des Neuf-Routes (parking de la piscine - route des Loges)
Trajet : 18 km ou 13 km
Durée : 5 à 6h

A voir : la Croix de la Pucelle , le chêne des Anglais (chêne au pied duquel Jacques II Stuart, VII d’Ecosse venait prier devant une statue de la Vierge), le chêne François 1er






LA CROIX PUCELLE

 C’est la plus ancienne croix de la forêt de Saint-Germain, elle porte la date de 1456, année de la réhabilitation de Jehanne d’Arc. Elle aurait été érigée par Jean Dunois, le Bâtard d’Orléans, compagnon de Jehanne et alors gouverneur de St Germain, pour répondre à une sentence d’absolution qui ordonnait "Des croix devront être plantées en souvenance de la Pucelle".

 Renversée en 1793, redressée en 1850 ; elle à connu le 13 mai 1956 une cérémonie religieuse pour commémorer le 500ème anniversaire de la réhabilitation de la Pucelle













CHÊNE DES ANGLAIS

D’une origine ancienne, la niche qui se trouve sur un chêne à proximité de la terrasse du château et de la route des Mares (parcelle204 de la forêt) abrite une statue de la Vierge à l’Enfant, connue sous le nom de NOTRE-DAME des ANGLAIS. Selon la tradition verbale Jacques II Stuart, roi d’Angleterre, exilé en 1668 au château de Saint-Germain où il mourut en 1701, aimait prier devant une statue de la Vierge, placée sur un chêne près de la terrasse. L’arbre et la statue ont bien sur changé, la tradition survit et la dévotion demeure.









NOTRE-DAME DE BON-SECOURS

 La niche dédiée à Notre-Dame de Bon Secours, fixée au tronc d’un chêne, commémore la bataille de Lépante. Elle abrite actuellement une statue placée en 1957, qui remplace une des nombreuses statues qui se succèdent fort souvent dans ces petites niches ; celle-ci serait inspirée de la Vierge vénérée à Nancy, depuis 1505, dans la chapelle des Ducs de Lorraine. La Vierge abrite ici deux petits personnages sous les plis de son manteau, alors que la statue de Nancy abrite sous son vaste manteau une foule de fidèles, clercs et laïcs agenouillés à ses pieds.

D’après Roger Berton dans son ouvrage sur la forêt de Saint-Germain, l’image primitive, plusieurs fois remplacée, remonterait vraisemblablement à l’époque de Louis XV qui fit exécuter de nombreux travaux dans la forêt ; La Reine Marie Leczinska, fille de Stanislas roi de Pologne et duc de Lorraine, serait à l’origine de cette dédicace.

LA VIERGE DES POLONAIS

 La légende fait remonter l’origine de cet oratoire dédié à Notre-Dame de Czestochowska à Clémentine Sobieska, épouse de Jacques III Stuart, qui venait y prier ! (sauf qu’elle n’est jamais venue en France). L’ancien oratoire fixé au tronc d’un chêne a disparu au début du XXème siècle.

 En 1981, un nouvel oratoire fût fixé sur le tronc d’un chêne avec le concours d’associations, de l’ONF, de la municipalité, et de la Mission Polonaise de Paris. Il renfermait une icône de la Vierge noire, bénie par le pape Jean-Paul II. En 1997, la chute d’un arbre fit tomber l’oratoire qui fut reposé en avril 1999.La tempête de 1999 ayant arrachée le chêne, la niche fut fixée sur l’arbre actuel en 2002. L’icône bénie disparue en 2007 fut remplacée l’année suivante.




 

Créé en 1978, à l"initiative de l’Association des Amis de le Forêt de Saint-Germain et de Marly, ce sentier permet de découvrir, sur un parcours de 18 kilomètres, quatre croix et sept oratoires, tous témoins du passé de la forêt. La première partie du sentier constitue une boucle de 13 kilomètres sur laquelle sont situés les sept oratoires et deux croix ; la seconde partie, qui fait une boucle de 5 kilomètres, permet de visiter trois anciennes croix. A l’exception de celui de Saint-Fiacre, tous ces oratoires, sont constitués de niches en bois, vitrées, fixées en hauteur sur le tronc de grands chênes.




Lors de notre randonnée nous passons près de la maison de la legion d'honneur des loges.

Petit Rappel

Le 16 décembre 1805, Napoléon Ier décrète la création des Maisons Impériales d'Éducation pour les filles des légionnaires civils et militaires.
Rappel : l'Ordre de la Légion d'Honneur a été créé par Napoléon Ier le 19 mai 1802.
En 1811, Napoléon installe les orphelines de la Légion d'Honneur dans un couvent sis aux Loges à Saint-Germain-en-Laye, sous la direction de Madame de Lezeau, fondatrice et Supérieure de la Congrégation de la Mère de Dieu. Cet orphelinat devient sous Louis XVIII en 1816, la troisième Maison d'Éducation de la Légion d'Honneur après Écouen et Saint-Denis.

Au départ, la déclaration de Napoléon Ier : " je veux faire de ces jeunes filles des femmes utiles, certain que j'en ferai par là, des femmes agréables ".

De nos jours : les Maisons d'Éducation de la Légion d'Honneur sont instituées pour assurer l'Éducation de jeunes filles de nationalité française :

  • aux filles, petites-filles et arrière petites-filles de membres de l'Ordre de la Légion d'Honneur
  • aux filles et petites-filles des membres de l'Ordre National du Mérite
  • et après consultation du Grand Maître de l'Ordre, les filles, petites-filles de Légionnaires étrangers.
    Aucune sélection sur les résultats scolaires.

Entièrement reconstruite sous Napoléon III puis enveloppée de constructions nouvelles en 1962, la Maison des Loges accueille depuis lors, le 1 er cycle de l'enseignement secondaire (le second cycle, ainsi que des classes post-bac - Hypokhâgne, Khâgne et BTS - sont accueillis à Saint-Denis). La Maison d'Écouen a été transformée en 1962 en Musée National de la Renaissance.

Et pour terminer ce petit commentaire voici nos deux circuits agrementés de quelques photos ( je vous conseille d'agrandir la carte car quelques photos prises du même endroit n'apparaitront pas sur cette petite carte)

Circuit du matin 12 Km


Afficher St Germain AM sur une carte plus grande

Circuit de l'après midi 8 Km



Afficher SanSt Germain PM sur une carte plus grande


0030.gif

Jeudi 10/01/13

Jeudi 10/01/13

   Aujourd'hui christiane nous propose de découvrir le PR crée en Octobre 2012 "La Route des Moulins St Witz " circuit de 11Km le matin et 7 km l'après midi. Le temps est triste brouillard, humidité mais nous sommes 6 courageux à vouloir le parcourir.

   Petite ville du Val d’Oise, Saint-Witz se trouve sur les flancs de la colline de Montmélian qui domine la plaine de France. A 25 km au nord de Paris (environ une trentaine de Notre-Dame), Saint-Witz se situe à l’extrémité est du Val d’Oise et à la jonction de trois départements : le Val d’Oise, l’Oise et la Seine-et-Marne.


    Sa superficie est de 766 hectares dont environ une cinquantaine d’hectares boisés classés.
De nombreuses sources, souterraines pour la plupart, ruissellent le long des flancs de la colline. Ainsi le Grou (ou Groult) prend naissance sur la pente sud-ouest et va se jeter dans la Seine après avoir rencontré le Rouillon à Saint-Denis. Sur la pente sud-est coule le ruisseau de la Michelette vers Vémars.
Le territoire communal est traversé du nord au sud par la nationale 17 et l’autoroute A1.

Un peu d'Histoire

   La colline de Montmélian fut de tous temps un lieu de culte où nos ancêtres les Gaulois honoraient Teutatès, dieu des Celtes et des Gaulois. Après la conquête de la Gaule par Jules César, le dieu Mercure remplaça Teutatès.


   La colline de Montmélian fut de tous temps un lieu de culte où nos ancêtres les Gaulois honoraient Teutatès, dieu des Celtes et des Gaulois. Après la conquête de la Gaule par Jules César, le dieu Mercure remplaça Teutatès. Puis au deuxième siècle notre région fut évangélisée par Saint Rieul qui fit édifier à l’emplacement du temple de Mercure un sanctuaire à la Vierge Marie : dès lors elle devint la patronne de ces lieux . Ainsi naquit le pèlerinage à Notre-Dame de Montmélian qui existe toujours et se déroule chaque année en septembre.

   Mais revenons à l’époque des romains : ils occupèrent le pays et construisirent un « castrum », place fortifiée gallo-romaine, autour duquel paysans et artisans vinrent s’installer à proximité de la source sur la pente sud-ouest de la colline. C’est là que plus tard, au huitième siècle, naîtra le premier village de Saint-Witz, lorsque les hommes se regrouperont autour de la première église, dédiée à Saint Vit, qui abritait les reliques de ce saint martyr rapportées de Rome par un seigneur de Montmélian.

   Depuis les Mérovingiens, toute la colline appartenait aux rois de France. Le premier château royal - en bois- fut construit sur la « butte sacrée » par Hughes Capet. En 1060 il fut remplacé par un édifice en pierres qui sera fortifié plus tard par Philippe Auguste.

   Cependant l’histoire va modifier la dépendance de la colline : après la défaite de Fréteval en 1195, bataille remportée par Richard Cœur de Lion, Philippe Auguste doit céder au roi d’Angleterre des terres en Normandie. Il s’agit des terres du seigneur de Vernon. Pour dédommager ce dernier, le roi lui offre ses terres et bois de Montmélian, à l’exception du château royal. Richard de Vernon devient alors seigneur des lieux, sous la suzeraineté du roi, et fait construire en 1205 un puissant manoir dont on peut voir encore les ruines au sommet de la colline.

    Vinrent ensuite les guerres de la Ligue au XVIe siècle. La colline fut alors dévastée, le château royal entièrement détruit et le château seigneurial avec sa tour, dite « Tour Carrée »,très endommagée.

    A cette époque le village se déplace quelque peu et descend vers la plaine où les hommes vivent de leurs cultures et de l’élevage des troupeaux. En se rapprochant des voies de communications le village se transforme. Il devient un lieu de passage où des relais et gîtes s’installent sur le chemin pavé qui va de Paris à Fontaine-Chaâlis.
Le paysan découvre que la terre possède des richesses en sous-sol : naissent alors les activités des plâtriers et des tuiliers.
A celles-ci vient encore s’adjoindre une autre activité florissante : celle du meunier. Des moulins trouvent naturellement leur place sur notre colline battue par les vents. Saint-Witz est devenu un village actif et prospère.

    Mais au début du XXe siècle, le chemin de fer qui passe à l’extrémité est de notre commune et la disparition des diligences apportent le calme. L’industrialisation va éteindre peu à peu les fours, immobiliser les ailes des moulins et favoriser le départ des hommes vers la ville. Doucement le village va s’endormir.

    De son riche passé, du château royal, de l’église Notre-Dame de Montmélian, il ne reste hélas plus rien. Seules subsistent les ruines de la Tour Carrée et une petite chapelle où le poète Charles Péguy passa toute la nuit en prières, à la veille de sa mort survenue le 5 septembre 1914 à la bataille de l’Ourcq en face de Villeroy.

Etymologie

   Le nom de Saint-Witz provient de l’anthroponyme latin Vitus. Saint-Vit vécu au IIIe siècle.
   Ce noble sicilien accomplit de nombreux miracles et fut supplicié pour avoir refusé de renier publiquement sa foi.
Le village formé autour de la première église dédiée à ce saint vers 784 car elle abritait ses reliques, portera longtemps le nom de Saint-Vit-sous-Montmélian. Au fil des siècles ce nom sera déformé lors de transcriptions dans les registres officiels et deviendra définitivement Saint-Witz peu avant la Révolution.
On trouve en Europe beaucoup de localités portant le nom de Saint Vit (France, Belgique, Allemagne, Autriche, Italie) sans oublier la cathédrale Saint Vitus de Prague.

Patrimoine

 Chapelle Notre-Dame-de-Montmélian
  Construite en 1864, la chapelle a été conçue dans un style néo-gothique. Elle fut érigée en 1864 en remplacement de l’ancienne église de Saint-Witz, tombée en ruines.
Elle est l’objet chaque année, au Printemps, d’un pèlerinage en commémoration du miracle de saint-Rieul : il y aurait, dit-on, abattu une statue païenne en la touchant du bout de son bâton.

Donjon de Montmélian ou Tour Carrée
  Cette tour fortifiée rectangulaire édifiée vers 1205 est la dernière trace d’un château fort qui dominait la ville au XIIe siècle.
L’emplacement a été par la suite reconverti en carrière de pierres.

Le moulin

  De nombreux moulins à vent étaient présents sur la colline qui surplombe Saint Witz, celui ci est un des derniers restants. Désaffecté, il sert actuellement de logement.

Le blason

545px-blason-ville-fr-saint-witz-95-svg.png

   Les trois fleurs de lys nous remémorent la présence royale sur la butte qui fut longtemps résidence des rois de France.       
   En haut à droite, la Vierge, Notre Dame de Montmélian, nous rappelle qu’elle est depuis toujours protectrice de la colline.
   Le moulin symbolise le vieux village
   L’arbre représente les bois qui nous entourent et notre attachement à l’environnement verdoyant.




Quelques photos

450px-moulin-saint-vy-17-12-2010-3.jpg

 imgp0144.jpg

 

Le moulin St VY      


 Et comme nous l'avons vu

                                    



 


                                                                                                                                 

imgp0145.jpg

imgp0146.jpg



La chapelle avec son cimetiere dans laquelle Charles Peguy à passé une nuit avant de partir au Front 








Les etangs

220px-les-etangs-cinquieme-etang.jpg


Nous n'avons pas parcouru le circuit de l'après midi, lors de notre arrêt pour déjeuner, il a commencé à pleuvoir et le brouillard était toujours présent, nous reprendrons cette randonnée plus tard en ajoutant un circuit que nous programmerons 

                                                                                                                                              

N'ayant pas de photos correctes  à cause du temps, vous ne pourrez voir que le parcours                                                                                                                             



Afficher St witz matin sur une carte plus grande

1243676536947.jpg

Lundi 7/01/13

Lundi 7/01/13

Lucette nous emmene pour notre première escapade au Parc de La Courneuve appelé maintenant Georges Valbon.

Le parc départemental de La Courneuve, qui s'étale sur 400 ha, est le plus grand parc réalisé depuis Napoléon III. Il se situe sur ce qui était la grande plaine de France. Créé de toute pièce et entièrement modelé par l'homme, il fut sauvé de l'urbanisation grâce à une politique foncière persévérante. L'idée de réaliser une promenade publique sur le site date de 1934, mais il faut attendre 1954 pour qu'un avant-projet soit proposé, et 1960 pour que débutent les premières plantations. En raison de l'étendue du parc, les travaux sont réalisés par tranches, ouvertes au public au fur et à mesure de leur achèvement. La dernière tranche réalisée est celle des Cascades ouverte en 2003 ! Ainsi, l'histoire du parc et ses aménagements sont étroitement liés aux évolutions techniques, économiques et historiques du XXe siècle. Aujourd'hui c'est pour ses richesses naturelles et grâce à ses nombreux équipements pour le repos et le loisir que le parc reçoit près de 2 millions de visiteurs par an !

Le parc se caractérise par la diversité de ses milieux : boisements, pelouses pour les jeux, prairies sauvages, jardins fleuris, lacs, marais… et par son relief offrant des ambiances variées, pour le dépaysement et la détente. Le promeneur y observera des arbres familiers comme le Charme, l'Érable… mais aussi des arbres venus d'ailleurs comme le Baumier de Chine ou encore le Cèdre de l'Himalaya. Grâce à une gestion raisonnée, la richesse écologique du parc est remarquable. Plus de 140 espèces d'oiseaux (Grèbes Castagneux, Poules d'eau, Rousserolles…) dont de nombreux oiseaux migrateurs viennent y nicher ou faire escale, sans oublier quelques mammifères et de nombreux insectes (papillons, grillons d'Italie, libellules…). La faune et la flore aquatiques y sont également particulièrement intéressantes.

Pour vos loisirs vous trouverez de nombreux aménagements et parcours, ainsi que des activités sportives et culturelles.
• Des promenades en calèche de Pâques à septembre
• Des parcours nature : deux parcours des lacs, et le parcours des arbres (parcours balisés)
• Un parcours sportif (16 stations)
• Quatre parcours jogging (1 Km, 3 Km, 5 Km, 12Km)
• Huit parcours d’orientation (les cartes et fiches explicatives des circuits sont à retirer gratuitement à la Maison du Parc)
• Des chemins de randonnée : une boucle de 10 Km, proposée par la Fédération Française de la Randonnée Pédestre (FFRP)
• Des aires de jeux, un manège pour enfants, des tables de ping-pong, des pistes cyclables, la possibilité de louer des vélos et des rosalies, des pédalos et des barques, et encore la possibilité de pratiquer le roller...
• Sans oublier les animations proposées chaque année

Elle nous a concocter un parcours qui suit principalement la boucle proposée par la FFRP avec quelques petits aménagements.

Sur la carte vous pourrez suivre notre chemin avec pour agrémenter quelques photos ( pour bien visualiser afficher une carte plus grande)



Afficher La courneuve sur une carte plus grande

1243676536947.jpg